fbpx
Articles du CNC

Suivi phages et norovirus sur des zones de production conchylicoles – projet OXYVIR 2

Dans le cadre de l’action 3 du projet qui vise, par plusieurs moyens, à valider l’indicateur des « phages infectieux » sur le terrain, plusieurs zones de production conchylicoles sélectionnées pour leur sensibilité aux contaminations par les norovirus pourront faire l’objet d’un suivi en phages et en norovirus sur la saison hivernale actuelle et prochaine.

Selon les zones, des indicateurs de contamination aux norovirus (incidence des gastro-entérites hivernales, pluviométrie, dysfonctionnements de stations d’épuration, …) ont été identifiés et sont surveillés afin d’enclencher des prélèvements sur site si un risque de contamination aux norovirus est avéré.

Pour rappel, le projet OXYVIR 2 (FEMAP 47, 2021-2023) a pour objectif de valider les résultats prometteurs obtenus lors du premier volet (FEAMP 47, 2017-2020). Vous trouverez ICI le livrable final du projet OXYVIR 1.

Plus précisément, il s’agit de confirmer que les bactériophages ARN F-spécifiques du groupe II (FRNAPH-II) infectieux sont des candidats légitimes et robustes pour estimer la présence du norovirus humains GI et GII (NoV) infectieux dans les huîtres. La survie des NoV infectieux et des FRNAPH-II infectieux sera comparée en fonction de la température, de la salinité de l’eau et des traitements de purification de l’eau de mer utilisés pour la mise à l’abri et la dépuration des huîtres.

Il s’agira aussi de renforcer la corrélation entre NoV et FRNAPH dans les rejets d’eaux usées et dans des huîtres impliquées dans des épidémies à NoV. Si les FRNAPH-II infectieux ont une survie au moins équivalente à celle des NoV infectieux dans les conditions testées et si cette corrélation est toujours bien établie dans les huîtres, il sera alors possible de mettre sur le marché une méthode permettant d’estimer de manière indirecte la présence de NoV infectieux dans les huîtres via le critère « FRNAPH-II infectieux ».

Le projet est constitué de partenaires variés et complémentaires :

  • ACTALIA (porteur du projet), institut technique agro-industriel
  • LCPME, laboratoire de chimie physique et microbiologie pour les matériaux et l’environnement
  • Comité National de la Conchyliculture
  • Spéciales Gillardeau, entreprise conchylicole
  • CHU Dijon Bourgogne, centre national de référence des virus des gastro-entérites
  • Pôle de compétitivité AQUIMER
  • Suez Groupe, centre de recherche et d’expertise

L’ACTIA, le CNPMEM, la DGAL et le CEFAS (ancien laboratoire de microbiologie des coquillages de l’Union Européenne) sont des partenaires associés au projet.

Accueil - Aquimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *