fbpx
Les articles du comité

Audition au Comité Economique et Social européen

Il y a quelques mois, la Commission européenne a présenté le “Green Deal” et a défini la marche à suivre pour faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre d’ici 2050.

Au nom de l’Association Européenne des Producteurs de Mollusques (AEPM), Bruno Guillaumie, a présenté lors d’une audition au Comité Economique et Social Européen, un rapport sur le développement durable de l’aquaculture en Europe :

La conchyliculture européenne s’inscrit parfaitement dans l’approche du Green Deal. Il s’agit en effet d’un secteur d’avenir capable de jouer un rôle essentiel dans la perspective d’une relance économique plus responsable, en permettant à la fois de renforcer la sécurité alimentaire européenne, tout en développant une industrie déjà neutre en carbone, compatible avec la lutte contre le changement climatique et le développement de la biodiversité. Ce rôle est parfaitement identifié dans les orientations de la Commission.

Pour atteindre cet objectif, l’APEM considère qu’il est nécessaire de lever différents points de blocage pour le développement effectif de la conchyliculture européenne :

  • En termes d’accès à l’eau au niveau spatial :
    Problème de l’affectation spatiale des eaux propices à la conchyliculture pour développer de nouvelles activités, notamment au large. Un objectif d’occupation spatiale de 5% des eaux côtières de l’Union (contre 1% aujourd’hui), accompagné d’un triplement annoncé de la production conchylicole pour renforcer la sécurité sanitaire de l’Union devrait, en effet, être pertinent.
  • En termes de qualité de l’eau :
    Problématique de la qualité des eaux côtières, de leur reconquête par la mise en place effective de ” zones protégées conchylicoles “.
    Cette perspective doit être associée à la nécessité d’inverser la hiérarchie des normes dans ces zones protégées conchylicoles : 1 / protection du principe d’élevage et de son potentiel 2 / protection de l’environnement 3 / protection des autres activités marines.
  • En termes de collecte de données :
    Problème de collecte effective, en temps réel, et de diffusion / accessibilité des résultats pour tout ce qui concerne la socio-économie de la filière (connaissance des coûts de production, des marges, des prix de vente, par secteur géographique, par canal de commercialisation, par pays, par mollusque, par taille commerciale, tant en intra-communautaire qu’en importation).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *